Bonjour

Une vidéo sur un moment particulier de l’hivernage. Les bases de Davis et de Mc Murdo nous ont contactés afin de nous demander assistance. En effet un des membres hivernant de la station de Davis à eu un grave accident de Quad. Il a donc été envisagé d’utiliser un avion type DC3 pour effectuer le rapatriement. Bien entendu le DC3 ne possède pas l’autonomie pour rallier Mc Murdo à Davis. Alors, voilà, l’idée serait qu’il se pose à Concordia pour ravitailler. Sur le principe c’est faisable (bien que le DC3 soit gros pour un premier avion), mais il faut tenir compte du fait que nous sommes au mois d’octobre et que la température est de –55°C. trop froid pour faire fonctionner la dameuse, et comble de malchance, la chargeuse est en cours de remontage après un gros problème de joint qui provoquait une remonté d’huile par le pot d’échappement.

Après quelques minutes de réflexion, la décision fut prise d’accepter le challenge et de tout mettre en œuvre pour recevoir l’avion sous 24h. Le DC3 ne pouvant se poser sur la petite piste, il faut donc préparer la grande piste (1300m minimum, idéalement 1500). Une équipe est donc partie vérifier le balisage et l’état de la piste alors que je suis allé filer un coup de main à Seb pour le remontage de la chargeuse. Plan A : utiliser la chargeuse dans la nuit pour damer la piste, Plan B démarrer la dameuse avec des risques de casse mécanique.

Finalement en fin d’après-midi après plusieurs heures passées sur la piste pour certain, un message de Mc Murdo nous fait part d’un changement de programme, ça sera un Hercule C130 qui fera la liaison. L’état du blessé nécessitant un avion pressurisé et l’autonomie du C130 lui permettant de faire le trajet sans ravitaillement.

À l’issue des nombreuses heures sur (voir même « sous ») la chargeuse il s’avère que le démarreur était aussi à changer, opération que nous avons effectuée le lendemain.

Après 9 mois d’hiver, on se rend compte qu’avec un peu de recul nous ne sommes plus étonnés de ce qui peut nous arriver. En effet nous avons tout au long de l’hiver tous affronté des galères plus ou moins graves, et systématiquement c’est la bonne humeur et l’efficacité qui ont primé. À aucun moment nous n’avons pensé que le but que nous nous étions fixé ne serait pas atteint. La piste aurait été prête, même si nous avions dû la tracer à la pelle.

Après avoir vu la vidéo, je me suis posé la question si vue de l’extérieur, l’ambiance détendue qui semble régnée n’est pas paradoxale avec la gravité de l’événement. Vu de l’intérieur la seule chose que je peux dire c’est que ça doit être notre façon à nous de faire face, et surement ce qui nous permet de tenir dans la longueur sans jamais compter les heures. La semaine passée, nous avons subi une restriction d’eau potable qui a duré 3 jours (la chargeuse étant HS impossible de remplir le fondoir, conjugué à une fuite sur le réseau de distribution extérieur). Avec Zalpha (grande spécialiste de la plomberie) Patrick et Seb nous avons passé samedi et dimanche à remettre en service le réseau d’eau potable et tenter de réparer la chargeuse, les autres membres étant occupés aux tâches d’entretiens classiques de la station. Ça pourrait paraître incompréhensible en France, ici ça n’a même pas pris place dans une conversation lors des repas. Aucune discussion à ce sujet, il faut réparer et c’est tout et dans la bonne humeur svp !!! C’est ça l’Antarctique… Tout ce qui parait impossible n’est pas de ce monde là…

La vidéo c'est ici