Hello,

Et bien oui, comme on dit chez nous, jamais deux sans trois… le week-end arrive, et pour la plupart, le repos aussi. Et pour se détendre, sport, ciné ballades ou bien atelier construction c’est au choix il y en a pour tous les gouts…

Nous voici donc prêt, un peu courbaturé pour ma part, limite comateux au réveil, pour attaquer cette charmante journée auréolée d’un gentil –68° la mise en place du toit de l’abri… Cette fois çi, Ricardo et Roberto sont venus nous prêter main-forte. Monter les cloisons c’était déjà mignon, mais ce qui nous attend c’est le plat de résistance. Dans la série, « je teste du matériel » je vais donc essayer les gants 3 doigts et un masque souple en néoprène très fin qui vient se poser à hauteur du nez protégeant la partie basse du visage. L’avantage par rapport à la polaire que j’utilise habituellement c’est que celle-ci absorbe l’eau issue de la respiration et que l’eau et bien ça gèle… Ce qui fait qu’au bout de 45 minutes environ, la douceur de la polaire a laissé place à une minerve de glace un peu « rapeuse » qui n’est pas des plus agréable…

Mes collègues utilisent un masque en néoprène épais couvrant tout le visage. Comme j’aime bien me sentir « libre » je ne suis pas fan de ce truc, même si son pouvoir protecteur est sans commune mesure avec mes fripes…

Nous voilà donc en route pour le chantier, avec nos plaques de toit réchauffées. Montage du dernier élément de cloison, puis après avoir hissés sur le toit de l’abri skidoo deux plaques et de quoi les assembler, nous avons pu les pousser sur notre structure montée la veille. Bien entendu noms d’oiseaux et autres injures échafaudagesques étaient de la partie (oué, ne parlons pas d’échafaudage, le sujet fâche encore…). Comme je disais il y a peu de temps dans un article du « Concordia Sunday Herald » (visible sur le site de l’IPEV) j’aime bien les plans pourris… et bien celui-là dépasse toutes mes espérances…

A renfort de cales, de pousser-tirer et de mains gelées par la clef 6 pans, le morceau de 100kg fini par se poser en haut de ses 3m20 de cloisons et ses taquets se verrouiller. Victoire !!! Enfin oui jusqu’au moment ou le troisième élément du toit qui était sensé finir le boulot nous a gratifié d’un petit cadeau… C’était sans compter sur la glace, qui, fondue lors de la nuit au chaud avait fini par geler de nouveau et bloquer le mécanisme… Et c’est donc avec un plaisir non dissimulé qu’une fois de plus une plaque a voyagé du toit de l’abri à skidoo, vers la base (on est plus à 50kg prêt…) Nous avons donc décidé de manger durant le dégivrage, avant de retourner à la nuit tombée équipés de projecteurs et de frontales, finir d’assembler notre ouvrage. Bien entendu sur un ensemble, parallélépipédique de 11 pièces qui doivent s’emboiter les unes dans les autres, vous imaginez bien que la dernière est le plus simple… Grand moment de solitude quand nous avons commencé à déverrouiller tous les taquets de façon à donner du jeu à l’ensemble pour finaliser la pose du toit… Et si jamais tout se barre en sucette…

Patrick en conducteur de travaux hors pair et toujours confiant a mené la manœuvre avec succès et en moins d’une heure l’ensemble était posé, verrouillé et emballé. Ne reste plus que le détail des portes (deux petits « détails » de 3,20 x 1,40….) C’est donc le moment de détente de la journée, un petit tour de skidoo pour aller chercher du bois afin de confectionner un cadre assez solide pour supporter ces deux portounettes. Et comme d’hab on ne voit rien, on fait 3 tours de base pour chauffer l’engin afin qu’il arrive à trainer un peu de charge et on se gèle la tronche en espérant ne pas rester planter dans la poudre. Je passe sur la glissade qui a fait d’un pauvre et vieux tréteau en bois la victime d’un malheureux accident de la circulation. Une fois le bois rentré au chaud, on considère que pour un samedi le contrat est rempli. Une petite sieste avant de diner et un gros dodo pour la nuit, car demain dimanche est une autre histoire….

Assemblage du dernier panneau lateral

Laurent au verouillage

Le Doc prêt à recevoir le dernier élément du toît

Jour

Nuit

Concordia s'agrandit...

"il a pas traversé dans les clous Mr l'agent..."

Erick