Hivernage Station Concordia DC4 2008

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 31 mai 2008

la plateforme AstroConcordia

Coucou,

Après quelques jours sans trop donner de nouvelles voici une nouvelle vidéo. En fait, ça prend moins de temps et ça met un peu plus dans l’ambiance du moment.

Ce matin donc après avoir remis en service deux manips et avant de rentrer manger je me suis dit que l’on pourrait vous faire faire le tour du propriétaire… Les conditions n’étaient pas terribles, du vent, du froid, donc parfois le discours est un peu confus (j’avais pas préparé mon texte désolé) mais je ne raconte pas trop de conneries.

Voilà, j’espère que ça vous plaira…

C'est ici

Erick

vendredi 30 mai 2008

Breaking News !!!!

Bonjour Bonjour,

Nous étions au téléphone avec Karim Agabi le 1er hivernant Astronome à Concordia lorsque la radio annonce une grande nouvelle dans toute la base. Daniele signal une aurore!!!! la première de l’hiver

Zalpha court se préparer (ça n’a jamais été aussi rapide !!!!) pendant que je termine notre conversation avec Karim. Le temps de choper l’appareil, enfiler ce qui nous tombe sous la main (pas très sérieux il fait –70° et 4m/s de vent dehors) et nous voilà partis à la chasse aux effluves ionisées… L’intensité décroissant rapidement, nous avons fait le choix de nous poser à quelques mètres de la station plutôt que d’aller plus loin et risquer de ne pas pouvoir immortaliser le phénomène. (Fatigués aussi par deux grosses sorties plus tôt dans la journée)…

Les réglages par cette température sont toujours un vrai bonheur, mais le 40D est un appareil fabuleux qui même dans ces conditions reste toujours vaillant !!!

Un cadrage rapide et quelques poses de lancées histoire d’avoir un souvenir de cette première pour notre hivernage.

Voici donc un bout de bâtiment calme sur fond de Voie lactée et d’aurore….

Le visage brulé (j’ai encore un peu mal à une pommette) et les mains congelées nous sommes ravis de vous proposer un petit bout, sans prétention de ce spectacle magique…

Merci Daniele ;)

Photos : E.Bondoux / Z.Challita

CONCORDIA - 2008/05/30 19:07 Temp=-67.2°C WindChill=-90°C RH=28% P=633.4hPa Wind=5.3m/s S

jeudi 29 mai 2008

Il y a des jours comme ça...

Hello,

Il y a des jours, c’est pas le jour justement…

Après les pannes de courant, les régulateurs de température en panne, les PC qui lâchent, comment finir en beauté un beau dimanche d’hiver… ?

J’aurais dû rester couché.

C’est pas facile l’Antarctique…

Erick

CONCORDIA - 2008/05/29 18:52 Temp=-68.5°C WindChill=-94°C RH=28% P=629.8hPa Wind=7.0m/s SSE

mercredi 28 mai 2008

sans les gants

Coucou,

Je profite d’un moment de répit en attendant le début d’une visioconférence avec l’Italie pour vous faire profiter d’un petit moment de bonheur qui m’est arrivé hier matin. Je travaillais dans l’abri AstroConcordia et il me semblait que la température n’était pas à son top (de toute façon quand on sent le froid ici il faut mieux oublier et penser à autre chose). Après quelques sorties mémorables sur les instruments, et entre deux tests de caméra, J’ai eu envie de me désaltérer. C’est à ce moment que le moment de solitude de la journée est arrivé. À moins de sucer de la glace, je n’ai toujours pas trouvé le moyen de faire sortir le contenu de la bouteille. Et oui visiblement le froid n’était pas qu’une sensation. Compter 0° au niveau du clavier, -10° au sol et 10° au plafond…. (c’est pas du tout dérangeant d’avoir la cervelle en feu pendant que les pieds baignent dans la glace ;) )

Pas grave, blasé, j’ai continué, sur ma lancée….

Pour ceux qui veulent, une petite vidéo de l’affaire ici

À très bientôt

Erick

mardi 27 mai 2008

vidéo de présentation DC4 la seule, la vrai !!!

Après vous avoir mis l'eau a la bouche voici donc la vidéo de présentation de l'hivernage DC4 le montage est effectué par Sébastien Denamur le mécanicien. Les photos ont été prises par les membres de l'équipe. Nous espérons qu'elle vous plaira.

Erick & DC4 team

P.S. j'essaye de partager le peu de temps que j'ai entre la réalisation des rubrique pour le site, et les billets pour le blog, donc si il ne se passe rien d'un coté aller jeter un œil de l'autre. à ce sujet, la rubrique guide de l'hivernant est ouverte depuis ce week end

La vidéo ici!

CONCORDIA - 2008/05/27 19:18 Temp=-61.5°C WindChill=-76°C RH=34% P=640.7hPa Wind=2.5m/s WSW

vendredi 23 mai 2008

Gestion des commentaires sur le blog.

Bonjour,

Suite à l’augmentation des commentaires « publicitaires » sur le blog, nous devons prendre la décision de fermer la possibilité de poster des commentaires dès que j’ai répondu. (Eh oui, pour ceux qui postent , sachez qu’en principe je réponds à la suite).

Donc si vous désirez apporter un commentaire sur un billet et que celui-ci est fermé, faite le sur le suivant ça n’est pas bien grave.

Merci de votre compréhension et à très bientôt

Érick

jeudi 22 mai 2008

Retour de balade digestive

Une petite image pour ceux qui se demanderaient à quoi on peut bien ressembler après 45min par –72°… C’était le fameux soir « plan pourri » avant de dormir pendant que je nettoyais les chi… pardon, délicieux incinolets (c’était vraiment une journée de m….), Zazoo est venu me chercher pour un aller en skidoo, retour à pied depuis la tour américaine située à environ 800m de la base. Le masque est juste là au cas ou, ne pouvant plus tenir face au vent il faudrait se protéger, car question visibilité en 5 min il est givré… Les frontales étaient accessoires, car avec la pleine lune le paysage était magnifique et il aurait été dommage de gâcher tout cela. Et puis les étoiles dans le ciel sont tellement belles qu’elles n’ont pas besoin d’être éclairées… (houla un moment d'égarement ;) )

Erick

Un beau début de journée...

Bonjour,

Ce matin, vers 10h, en allant faire quelques réparations sur la plateforme astro, je n'ai pu m'empêcher de passer un peu de temps à presque en oublier les conditions pas terribles de vent pour contempler ce magnifique spectacle. C'est le shelter de Lucia (que l'on peut voir sur une des photos prise la semaine derniere), qui abrite l'informatique de Small Irait un petit télescope qui à tout d'un grand.

Son grand frère possédant un miroir de 800mm doré conçut pour l'observation infrarouge, est dans un des conteneurs, et sera installé lors de la prochaine campagne d'été.

Le shelter « Brain » du nom d'une manip de cosmologie plus en service actuellement est un des plus « particuliers » de par son design Art Deco qui lui vaut pour certains le surnom de bidonville... Vous avez devant vous tout le jour qu'il nous reste parmi la nuit...

Erick

CONCORDIA - 2008/05/22 00:27 Temp=-67.6°C WindChill=-88°C RH=29% P=646.1hPa Wind=4.2m/s W

mercredi 21 mai 2008

Doudoux et le skidoo vu par Seb

Hello, mon Copain Seb le Mecano me vouant une admiration sans limites a fini par écrire une bafouille a mon sujet sur le thème "Doudoux et le skidoo"... il m'a demandé de la publier sur le blog, ce que je fais donc. N'hésitez pas à aller faire un tour sur son blog...

www.concordia2008.blog4ever.com

bonne journée à vous

Erick CONCORDIA - 2008/05/21 19:26 Temp=-66.7°C WindChill=-90°C RH=30% P=644.4hPa Wind=6.0m/s W

Bonjour à tous,

Ca y est, c'est confirmé. Après des études poussées et apporfondies sur la question je peux enfin l'affirmer: si chaque hivernage à son lot de poisses, cela vient toujours d'un poisseux. Et ici, cet être étrange sur qui toutes les pannes tombent à un nom: Doudoux.

Il est un être au dessus de sa tête qui doit être un ange gardien de la scoumoune dont la mission est de faire en sorte que la poisse s'abbatte sur le pauvre Erick et le colle sans qu'il puisse s'en débarrasser, telle de la super glue lorsqu'on s'en met sur les doigts.

La poisse, il l'attire comme un aimant et la garde pour lui tout seul. En trois mois et demi d'hivernage, notre doudoux national vient de nous prouver que nous devons nous préparer lorsqu'il se met "au travail":

1°) Il ne faut pas lui confier quoi que ce soit sans avoir invoqué les esprits du bien et l'avoir muni d'une amulette magique 100% plastique, 100% made in Taiwan, achetée à un aborigène (qui me l'a garantie faite main) dans les bas-fonds de sydney.

2°) Il faut toujours vérifier que la special rescue team soit prête avant qu'il ne parte en expédition. Non pas pour pour la sécurité de ce sympathique phénomène dont la bonne fée poisse l'a également muni d'un parapluie anti-retour lui permettant de jouir allégrement de sa poisse sans à en subir des conséquences physiques, mais pour le matériel qu'il utilise et qui reste en général en panne au milieu des routes la base.

3°) S'il doit rentrer en avion, qu'il rentre seul... Pour le bateau c'est pareil. C'est un coup à se prendre un skua dans une hélice ou de se faire attaquer par un calmar géant.

Pour résumer vite fait, le travail (officiel) de doudoux c'est l'astronomie. Bon, la poisse dans son travail, c'est son rayon et je n'en parlerai pas. Mais il en voit de toute le couleur. Comme on dit ici: "Chez les astros, tous les jours un plan mou nouveau"

Son travail officieux est l'organisation de "MOON" (ou plutôt de feu "MOON") qui est le PC de partage que nous utilisons pour mettre des films, des photos... "Moon", c'est le remplacant de "sun" qui est l'ancien disque dur qui a cramé le mois dernier sous l'ere du roi Doudoux et le prédécesseur de "Earth" qui le remplacera dans les prochains jours pour, soyons honnête et réaliste, finir dans le même état que ses deux prédécesseurs. Car Doudoux, il a aussi la poisse avec les PC, entre ceux de la base qui crame et ceux de son travail qui supporte mal le froid... On le voit souvent rapatrié du matériel de sa plate-forme de travail vers son bureau.

Mais je me demande si ce que notre champion de la gangrène n'aime par dessus tout ce n'est pas de me pourrir les (pardon "le" puisqu'il n'y en a qu'un seul à tourner) skidoos.

Certains d'entre vous ont peut etre déjà suivi les exploits du "skidoudoux" (c'est comme cela je nomme le duo infernal) sur le blog d'Erick. En récapitulant, après des retournements, des enlisements, des pannes d'essence au milieu de la pampa, des "rayures" sur le pare-brise qui ont plus l'aspect de cratère que de rayures, des panneaux de construction qui traversent la rue sans prévenir, le skidoudoux ne s'en tirait pas trop mal. L'engin tournait encore et même bien et le bonhomme était content est sans une égratignure.

Mais toutes les bonnes choses ont une fin (non définitive). En cette soirée du 15 mai, peu après le repas, une coupure de courant à la tour américaine a obligé nos astros à aller remettre les manips en route. Erick, d'un courage fou mais très rapidement refroidi par les -72°C extérieur décide d'utiliser son joker "skidoudoux". A ce moment, j'avoue avoir déjà mal senti l'affaire. Fait un peu froid pour un skidoo qui ne devait pas fonctionner en hiver. Toujours est il que le skidoudoux s'en va pétaradant et fumant. Moi, je vaque tranquillement à mes occupations.

Une heure plus tard, je repasse devant le bureau technique et croise Zalpha qui me dit: "Doudoux à quelque chose à te dire". Aïe!!! Ca sent le coup foireux à plein nasaux. Faut dire, vu le passif du bonhomme, rien de bon a présager. Mille et un scénarii se bousculent dans ma tête... Et en effet, Doudoux, tout fier, m'exhibe une photo de l'engin. "Regarde bien me dit-il"... en effet, ce brise-tout à fini d'exploser le pare brise de son fier destrier. L'histoire est bête. Après avoir mis un peu de start-pilot dans le moteur, il a refermé un peu brutalement le capot moteur se qui a eu pour effet de faire exploser le pare-brise en plastique. Jusqu'ici, tout va bien. Tout est normal.

Mais au vu de la photo, je vois bien que le skidoo est moteur arreté du coté de la tour américaine. et un skidoo moteur arreté à -70°C n'a que peu de chance de repartir. "Ben oui! on est rentré à pied, répond Doudoux". Bon ca veut dire qu'il va passer du temps dehors car j'ai pas encore fini la chargeuse donc ne peut venir le récupérer. Doù le terme de Special rescue team dont je fais mention plus haut dans l'article.

Au final, j'ai conseillé à Erick d'écrire tous ses pétits déboires afin de sortir un livre. Erick, il dit toujours: "Moi, j'aime bien les plans mou". Mais franchement, je crois qu'avec sa chance, il n'a jamais du voir de sa vie autre chose qu'un plan mou...

Allez mon doudoux je t'en veux pas. On va le chercher ce skidoo et je vais te le préparer aux petits oignons avec de la tôle et des pare-chocs exprès pour toi.

Allez salut tout le monde

--

Sébastien DENAMUR Mechanician 4th Winterover in Dome C - Antarctica www.concordia2008.blog4ever.com

lundi 19 mai 2008

Une journée d’astronome à Concordia, ou comment passer l’après-midi sous la couette Phase I…

Je n’ais pas eu beaucoup le temps de m’allonger sur le sujet jusqu'à maintenant, mais je suis ici pour faire de l’astronomie. Mais comme vous avez pu le découvrir, ici on vient avec un métier et il arrive souvent que ça dévie un peu, j’oserais même dire dérive un peu…. Après les joies de la chargeuse et de la dameuse en campagne d’été, l’atelier construction d’abris de la semaine passée aujourd’hui une nouvelle étape est franchie !!!! Soit une expérience passionnante nommée ASTEP-Sud dont le but est l’étude de phénomènes transitoires sur un groupe d’étoiles pour en découvrir d’éventuels corps (on peut dire exo-planètes je pense) gravitant autour. Soit une caméra de compétition avec pour les connaisseurs un capteur 4096x4096 pixels, son surnom « Dream Machine »… ce truc coute le prix d’une belle voiture. Soit une boite pour abriter la caméra et son optique. Notre problème du jour, suite à un réglage que nous avons du réaliser sur l’optique, nous avons démonté l’ensemble, jusque-là c’est pas bien compliqué. Sauf que forcement, mes colocataires ont trouvé là pour la première fois le moyen de se prendre pour des étoiles et ont passés pas mal de temps à faire coucou à la caméra… Les vilains !!! Une fois la lunette réglée, l’idée est de remonter l’ensemble dans sa belle boite ou elle va passer l’hiver. Sur le principe, rien de bien méchant.

La fameuse lunette en cour de réglage.

Sauf que, par –75° ça ne se passe pas comme ça, les câbles ont littéralement explosé lorsque nous les avons effleurés. Voici donc le casse-tête de cette fabuleuse journée, comment arriver à réparer tout ça. Dans la boite il fait 10° ça c’est bien, quand on ouvre la porte de la boite il fait –70° en 10 secondes. Nous sommes rapides, mais quand même… en dessous de –60° c’est comme si certains matériaux changeaient d’état, un câble USB devient fragile comme du Crystal. (Au passage, le connecteur USB de la belle caméra a lui aussi cassé)… . Pantois devant notre premier essai de remontage, et dubitatifs quant à la suite des évènements, une nuit de sommeil a fini par nous apporter la solution. "Saint Ger" nous est apparu (ou plutôt Singer pour les intimes) que toute bonne ménagère a dans son armoire, L’idée : coudre des couettes pour se faire une tente isolante faite de résidu de volatil à plumes qui comme chacun sait est un rempart efficace contre le froid. Venez à Concordia qu’il disaient, vous pourrez vous confronter à la haute technologie… Mon œil oui !!!! Comme je l'ai déjà dit, ici on vient avec un métier et on en fait souvent un autre, et des choses dans ma vie j’en ai fait un peu, mais ça jamais, et croyez moi face à une machine à coudre, épaulé par une notice traduite avec les pieds (et je reste poli) si l’on a pas fait un CAP « tarte aux pommes » et bien une fois de plus on se sent con… (Con, mais pas seul par ce que j’étais avec Zazoo, et nous étions deux dans le même état).

Déjà on découvre qu’il faut deux bobines pour faire marcher le bouzin !!!! une bobine supérieure, celle-ci on s’en doutait à l’image de toute bonne institution religieuse, chez "Saint Ger" ça se comprend, et une bobine inférieure dont je n'avais jamais entendu parler. Ensuite, quand on voit le chemin tortueux que fait ce pauvre bout de fil avant de venir se perdre dans le trou d’une aiguille (capable de vous traverser le doigt de part en part, oui oui forcement ,j’ai pas pu m’empêcher de foutre l’index ou il ne fallait pas et j’ai gouté au supplice, ça pique !!!), on se pose des questions sur l’état de santé de celui qui a breveté ça… On a pas idée de faire des engins pareil, c’est dangereux comme truc !!! Après environ 1h, (bon ok à deux ça fait 2h …) le premier point est lancé et au bout de 10 secondes le fils cassé… misère il faut tout recommencer …

le temps de comprendre qu’il faut synchroniser l’avancée du tissu (2m de long la future couture quand même) et le nombre de coups/minute de l’engin de mort qui prendrait aisément le nom de "12,7 des ménagère" et l’ouvrage commence à prendre forme. Jusqu'à la panne de fil sur la bobine inférieure (ouais pour la scène, imaginez, tout debout sur la pédale, plus une cartouche en magasin et le temps que l’info arrive au cerveau au moins 1000 coups se sont passés. Une situation similaire à celle que l’on peut voir dans le film Waterworld ou l’un des « smokers » béat, mitraille dans le vide un bon moment….) Bref, un enroulage de bobine (à la main) plus tard (oui bha il fallait le savoir que "Saint Ger" par une opération divine pouvait faire le rechargement de bobine par transfusion de fil de la mère supérieure à la bobine novice …) et c’est reparti comme en quarante!!!! Tatatatatatattatatatatat…. Arrivé au bout de mes 2m de couette, (pas sans fierté je dois dire) c’est au tour de Zazoo de s’essayer à ce sport tout aussi nouveau pour elle. Mais comme Zazoo est une fille, l’esthétique importe plus que le pratique donc changement de point !!! (mais non, ok toutes les filles ne préfèrent pas la 2cv rose à la Porsch kaki, j’abuse la ;) ) Bref, c’est donc parti pour séance de mitraille en zigue et en zague plus ou moins espacés le temps que notre couturière d’un jour trouve la cadence.

2m de couture et la découverte de la fonction « transfert de compétences supérieure > inférieure » plus loin, nous disposons d’une couette de 4m sur 2m, le genre de truc qui donne envie de pioncer (bon il parait que je me suis même assoupi durant la tirade de Zazoo, mais je ne m’en souviens pas moi).

Une chose de plus à ajouter à mon CV, et tout ça pour la science !!! A bientôt pour le récit de l’après midi sous la couette…

Erick

CONCORDIA - 2008/05/19 21:59 Temp=-54.5°C WindChill=-69°C RH=41% P=641.8hPa Wind=3.0m/s SSE

jeudi 15 mai 2008

Opération "Lacher de Ballon" Phase III

Hello,

Et bien oui, comme on dit chez nous, jamais deux sans trois… le week-end arrive, et pour la plupart, le repos aussi. Et pour se détendre, sport, ciné ballades ou bien atelier construction c’est au choix il y en a pour tous les gouts…

Nous voici donc prêt, un peu courbaturé pour ma part, limite comateux au réveil, pour attaquer cette charmante journée auréolée d’un gentil –68° la mise en place du toit de l’abri… Cette fois çi, Ricardo et Roberto sont venus nous prêter main-forte. Monter les cloisons c’était déjà mignon, mais ce qui nous attend c’est le plat de résistance. Dans la série, « je teste du matériel » je vais donc essayer les gants 3 doigts et un masque souple en néoprène très fin qui vient se poser à hauteur du nez protégeant la partie basse du visage. L’avantage par rapport à la polaire que j’utilise habituellement c’est que celle-ci absorbe l’eau issue de la respiration et que l’eau et bien ça gèle… Ce qui fait qu’au bout de 45 minutes environ, la douceur de la polaire a laissé place à une minerve de glace un peu « rapeuse » qui n’est pas des plus agréable…

Mes collègues utilisent un masque en néoprène épais couvrant tout le visage. Comme j’aime bien me sentir « libre » je ne suis pas fan de ce truc, même si son pouvoir protecteur est sans commune mesure avec mes fripes…

Nous voilà donc en route pour le chantier, avec nos plaques de toit réchauffées. Montage du dernier élément de cloison, puis après avoir hissés sur le toit de l’abri skidoo deux plaques et de quoi les assembler, nous avons pu les pousser sur notre structure montée la veille. Bien entendu noms d’oiseaux et autres injures échafaudagesques étaient de la partie (oué, ne parlons pas d’échafaudage, le sujet fâche encore…). Comme je disais il y a peu de temps dans un article du « Concordia Sunday Herald » (visible sur le site de l’IPEV) j’aime bien les plans pourris… et bien celui-là dépasse toutes mes espérances…

A renfort de cales, de pousser-tirer et de mains gelées par la clef 6 pans, le morceau de 100kg fini par se poser en haut de ses 3m20 de cloisons et ses taquets se verrouiller. Victoire !!! Enfin oui jusqu’au moment ou le troisième élément du toit qui était sensé finir le boulot nous a gratifié d’un petit cadeau… C’était sans compter sur la glace, qui, fondue lors de la nuit au chaud avait fini par geler de nouveau et bloquer le mécanisme… Et c’est donc avec un plaisir non dissimulé qu’une fois de plus une plaque a voyagé du toit de l’abri à skidoo, vers la base (on est plus à 50kg prêt…) Nous avons donc décidé de manger durant le dégivrage, avant de retourner à la nuit tombée équipés de projecteurs et de frontales, finir d’assembler notre ouvrage. Bien entendu sur un ensemble, parallélépipédique de 11 pièces qui doivent s’emboiter les unes dans les autres, vous imaginez bien que la dernière est le plus simple… Grand moment de solitude quand nous avons commencé à déverrouiller tous les taquets de façon à donner du jeu à l’ensemble pour finaliser la pose du toit… Et si jamais tout se barre en sucette…

Patrick en conducteur de travaux hors pair et toujours confiant a mené la manœuvre avec succès et en moins d’une heure l’ensemble était posé, verrouillé et emballé. Ne reste plus que le détail des portes (deux petits « détails » de 3,20 x 1,40….) C’est donc le moment de détente de la journée, un petit tour de skidoo pour aller chercher du bois afin de confectionner un cadre assez solide pour supporter ces deux portounettes. Et comme d’hab on ne voit rien, on fait 3 tours de base pour chauffer l’engin afin qu’il arrive à trainer un peu de charge et on se gèle la tronche en espérant ne pas rester planter dans la poudre. Je passe sur la glissade qui a fait d’un pauvre et vieux tréteau en bois la victime d’un malheureux accident de la circulation. Une fois le bois rentré au chaud, on considère que pour un samedi le contrat est rempli. Une petite sieste avant de diner et un gros dodo pour la nuit, car demain dimanche est une autre histoire….

Assemblage du dernier panneau lateral

Laurent au verouillage

Le Doc prêt à recevoir le dernier élément du toît

Jour

Nuit

Concordia s'agrandit...

"il a pas traversé dans les clous Mr l'agent..."

Erick

mercredi 14 mai 2008

Opération "Lacher de Ballon" Phase II

Hello,

La joie des jours fériés, la grasse matinée, le réveil au son des petits oiseaux par une belle journée de printemps, le café pris avec sa bien-aimée dans la pelouse que l’on aura foulé pieds nues et les promenades dans les bois pour savourer cette journée de repos… j’imagine que vous voyez ce que cela veut dire ?

Et bien ici c’est un peu la même chose, le réveil qui vous sort du lit comme le ferait une corne de brume pendant un rêve idyllique, le pipi matinal après avoir traversé les 3500 m de tunnels dans la base, l’ouverture de la porte pour confirmer les –60°, et le Doc qui vous tombe dessus pour la visite médicale (que j’avais oublié…) poids, masse graisseuse, saturation, ecg, échographie, j’en passe et des meilleurs, on évite de justesse l’option vidange graissage digne de toute bonne révision… Une fois déclaré apte, juste après c’est le café prit au bureau technique avec Laurent et Patrick dont la tronche au réveil vous en dit long sur l’état d’usure des bonshommes… tout de suite, vous voyez moins de quoi je veux parler.

Et oui aujourd’hui c’est la seconde phase de la fabrication du shelter « Ballons sondes ». Pour infos cet abri aura pour but d’abriter les réserve d’hélium et un espace afin de gonfler le ballon équipés d’une radio sonde météo que Riccardo envois chaque jours à 19h30. Avant c’était fait dans la menuiserie, mais cette année il est quasiment impossible de la chauffer efficacement et les vannes cassent par –60°. c’est pourquoi il a été décidé de fabriquer un abris dédiés, plus petit et donc plus facile a chauffer que la menuiserie.

Le matériel étant rapatrié à l’endroit choisi, il ne faut pas croire que le mécano géant va se monter tout seul. Après la fabrication du plancher fait la veille par Laurent et Patrick, en cette douce matinée c’est le montage des cloisons qui est prévu. L’abri fera envions 3m de large, 4 de long et 3,40 de haut, une belle bête !!! il a été décidé de le monter dans le prolongement de l’abri à skidoo. La température affiche environ –63° le vent est faible. Nous allons passer plusieurs heures dehors, il s’agit donc de soigner l’équipement.

Pour ma part j’ai remis ma veste bleue IPEV que je trouve plus « maniable » que la veste rouge PNRA pour les travaux manuels. Les plaques font environ 50kg et nous allons avoir pas mal de chemin à faire pour aller chercher du matériel dans les "containers" techniques et aussi rapporter des éléments d’échafaudage. Pour seuls moyens de levage, nos petits bras car la chargeuse est en révision. Le détail de la tenue le plus délicat reste comme toujours les gants. Comment trouver le bon compromis entre chaleur (oué ok j’abuse, on va dire gelures évitées) et maniabilité. Je pense que ça n’existe pas, par –60° aucun isolant n’est assez efficace pour conserver l’usage de ses doigts, et le terme travailler avec des moufles prend ici tout son sens. Donc la solution pour ce matin. 2 paires de sous gants en laine (étonnamment, les sous gants IPEV bien que de piètre aspect, sont bien meilleurs que ceux, haut de gamme d’une grande marque de vêtement technique que j’ai apporté avec moi) et une paire de gants de ski 5 doigts. Une chaufferette dans chaque main pour avoir l’esprit tranquille (la méthode Qué est très en vogue ici…). Une autre solution et d’utiliser les gants 3 doigts plus chauds, mais moins maniables (bhé oui il manque quand même 2 doigts dans l’affaire…) Pour le visage, cache cou polaire, cagoule fine en soie, et bonnet classique. Pas de masque qui givre tout de suite au moindre effort.

Nous voici donc partis Laurent, Patrick et moi pour ce début d’assemblage. Les panneaux s’assemblent entre eux au moyen de taquets intégrés que l’on met en place avec une clef 6 pans. Le principe est simple, la réalisation aussi, par 20°. Dans les conditions paradisiaques qui nous inondent, pour parler poliment on en chie un peu…

En deux heures nous avons assemblé 3 panneaux. Il a été décidé de ne pas manger avec les autres pour profiter un maximum du jour. Juste une pause café pour récupérer l’usage des mains à mi parcours. Ajoutons à cela un voyage mémorable en skidoo (pour aller changer une plaque HS), dont les débuts à travers la poudreuse et hors piste pour cause de visibilité nulle et donc d’égarement ont bien amusé mes collègues qui était persuadés qu’usé par le plan mou, je comptais rentrer à DDU par la route du Raid vu la direction En effet, c’est quand j’ai vu des congère plus haute que mon résidu de par-brise, que ma situation peu loquace s’est éclaircie et que j’ai opté pour un changement de cap rapide et radical genre tribord toute à 90° et toujours plein gaz pour ne pas rester planté dans la poudreuse… Vers 14h30 nous décidons de jeter l’éponge après quasiment 4h passé dehors et la faim au ventre.

De plus notre tentative de montage du toit à été balayée par de la glace qui s’est accumulée dans les vis btr (on se demande comment s'est possible...) Le dernier effort à donc été de redescendre du toit de l’abri skidoo les plaques et de les rentrer au chaud…. Le constat de la journée (qui nous étonne) est qu’avec notre équipement, l’on peut travailler des séances de deux heures consécutives sans trop de mal par cette température (bon ça n’est pas non plus la fête à Neuneu…). Les mains restent comme prévu notre seule réelle limitation et entravent fortement notre vitesse de travail. Les efforts pour bouger les plaques se payent assez cher à cause de l’altitude, mais restent raisonnables. Après un rapide repas, la fatigue à envahi certain d’entre nous (oui bon ok moi le premier) et la sieste a été la plus douce chose de la journée…

Erick

Patrick

Laurent

Un chantier de rève

Au commencement il y avait ça...

la pause café chez Patrick

4 élément En 3heures...

Comment poser les 150kg de toit

On dirait qu'il fait froid

Coucou,

Une petite mise à jour météo, nous venons de rentrer de la plateforme Astro et il nous a semblé qu’il faisait un peu « froid », en effet nous avions quelques tâches un peu délicates de câblage a effectuer et tout ne s’est pas passé comme on le voulait…

En rentrant un coup d’œil sur la météo nous a indiqué un petit –75,8°

Les alarmes de température ont retenti tout l’après-midi dans la base, et du côté des techniques il semble que tout ne soit pas tout droit non plus…

Une sale journée pour le matos en somme…

Erick

mardi 13 mai 2008

un concert pas comme les autres...

coucou

Certains d’entre vous savent que j’ai pas mal trainé dans le milieu du spectacle et de l’événementiel. Après avoir commencé par accrocher des projecteurs il n’y pas loin de 15 ans à la maison dans la vallée, une belle salle de la commune d’Avon pas très loin de Fontainebleau régie par mon copain Fabrice, j’ai ensuite poussé les boutons et maintenant c’est en tant que photographe amateur le plus souvent que je reste en contacte avec ce milieu.

Tout ça pour dire qu’après avoir passé un très grand nombre de nuits et de week-end sur les plateaux il est évident qu’une année à Concordia allait m’écarter de cette passion très prenante. C’est du moins ce que je pensais jusqu'à hier, premier mai lorsque les musiciens de l’équipe ont décidé d’organiser un concert… Et pas n’importe quel concert, l’un des plus fou qu’il m’ai été donné d’immortaliser.

A la guitare, au chant et la folie pure j’ai nommés Lucia, Riccardo Et Daniele !!! Aux éclairages, dignes d’un show à la Rouveyrolis, Lolo l’electro Au back line : Zazoo assistée de Seb le road. Vidéo et photos votre serviteur.

Lucia, Daniele et Riccardo.

Après une séance de répétition, maquillage et costume, les lumières s’allument sur le toit du bâtiment calme et nos trois amis « réchauffent » l’assistance en entonnant 2 morceaux endiablés

Bella Ciao et Knockin' on Heaven's Door troublent le calme du désert de glace. Le show est parfait (enfin pour ce que l’on peut demander par –60°) et l’étendue de l’Antarctique offrant des couleurs magiques sur coucher de lune ne pouvait nous offrir de plus beau spectacle.

Malgré la température nous avons passé un très bon moment qui m’ont fait avoir une pensé pour tous les copains techniciens, chanteurs, musiciens que j’ai laissé en France. (oué, bon je savais pas comment leurs passer un coucou dans un blog sur l’Antarctique, voilà chose faite !!!). Donc, spéciale dédicace à toute l’équipe de la maison dans la vallée, du festival Montreau Confluences, de Studio Valvins, de Franck Sono, Eric Mouquet le musicien astronome d’exception, et à Jenni, ma « petite madame » ;)

__

En exclu la vidéo du concert !!!!

__

http://www.petitemadame.fr

http://www.festival-montereau.fr/

http//:www.studio-valvins.com

http://www.starsky.fr/

Erick

CONCORDIA - 2008/05/06 23:27 Temp=-65.5°C WindChill=-84°C RH=31% P=652.1hPa Wind=3.5m/s S

Opération lacher de Ballons phase I

Hello,

1, 2, 3, 25,26 on sort la tête de, la bulle pour voir ou l’on va, 38,39 nous voilà à mis chemin 62 il faut amorcer le virage et ensuite s’arrêter au bon endroit pour ne pas s’enfoncer dans la neige « molle »… Et oui c’est ça le skidoo par –70° et presque de nuit. Il faut compter, car de toute façon on ne voit rien du tout.. Hier l’équipe technique avait besoin d’un pilote pour faire des AR entre la base et le camp d’été pour transporter les éléments du futur abris « ballon-sonde » de Riccardo Et forcément faire du skidoo de nuit par cette température ça ne pouvait en amuser qu’un…(bon après 10min le terme « amuser » s’est trouvé étonnamment surfait. Surtout quand il a fallu déplanter l’engin maléfique de la poudreuse à coup de « on pousse, on tire » et de jurons que je n’afficherais pas ici.)

Pendant que Patrick, Seb, et Laurent préparaient le chargement, Fabrizio et le Doc assuraient la réception. Entre les deux équipes, environs 600m, et un Doudou sur son skidoo. Le seul moyen que j’ai trouvé pour ne pas geler c’est de me cacher dans la bulle devenue complètement opaque par le givre et de compter entre les portions de lignes droites. Ceci afin d’éviter de me geler le visage et que les yeux sous l’effet du givre ne restent collés, le masque étant de toute façon devenu inutilisable au bout de 35sec.

Un des charmes de cet engin c’est l’échappement situé à l’avant dont les gaz ont le bon ton de sortir par le tableau de bord, juste dans la bulle, ce qui à pour effet de raviver des souvenirs parisiens un peu comme circuler à pied sur l’avenue Charles de Gaulle en heure de pointe ;) L’autre joyeuseté c’est cette délicate selle qui devenue dure comme du béton, maintien le fondement à une température proche du syndrome que la bien-aimée crème Nivea est sensé éviter…. Au bout de 20min après avoir tout essayé, à genoux, debout, assis sur un pied, j’ai pris mon mal en patience et alterné non sans effet sur ma conduite, les positions qui pourraient pour un observateur non averti, sembler les plus indécentes qui soit pour un engin de ce type.

Pendant que je cherchais le meilleur moyen d’avoir le moins « mal » mes compagnons se gelaient les mains (et le reste) à bouger dans 30cm de poudreuse des panneaux recouverts de métal d’une cinquantaine de kg et à m’attendre durant les rotations. Dans l’affaire je ne suis pas non plus certain d’avoir la plus mauvaise place. Au bout d’une grosse heure dehors, la concentration en ayant pris un coup (et surtout les yeux collés par le givre) j’ai frôlé (bon ok, je suis rentré tout droit) dans un basting latéralement émergeant à hauteur d’homme qui à eu pour effet d’explo, pardon de rayer le parebrise (bon ok, d’atomiser… c’est seb qui va ENCORE être content) je passe sur les embourbements, presque retournement et perte de chargement de la séance. Mais cette fois pas de panne d’essence ( extrait d’une conversation de la semaine dernière : "dis Seb, quand le truc il s’arrête c’est normal ?"

"Non Doudou faut mettre du carburant dedans alors tu prends tes petits pieds, ton bidon et tu vas mettre de l’essence…."

même ici on se sent bien con à 500m de la base en rade…

Voilà donc la première phase de l’opération « lâcher de ballons » qui annonce déjà de bons moments inoubliables pour assembler par –65° des « petites pièces »…

Erick

Patrick et Laurent à la préparation du chargement

Plus que 13....

Fabrizio le plombier docteur en recyclage de l'eau et Roberto le Doc au déchargement

Seb et Laurent à la réception d'une porte de 70kg....

mercredi 07 mai 2008

L'Antarctique ça use...

Ça se passe de commentaires, joyeux anniversaire, 5 mois d'Antarctique et 4 d'hivernage... avis aux amateurs ;)

C'est quand les vacances ?

Celui qui me pique ma sucette je le bouffe !!!

Photos : Sébastien Denamur

Erick

Dernier soleil

Coucou,

Comme vous le savez (et si vous ne le savez pas, vous allez l’apprendre) le soleil nous a quittés ce 4 mai. Avec Zazou nous avons voulu nous aussi le saluer à notre manière, laissant de coté les traquas du moment et autres manipes en pannes.

Quoi de plus dépaysant que d’aller prendre le thé sur le toit du bâtiment calme, au dessus du labo et de regarder l’astre du jour se coucher définitivement pour 3 mois… Croyez moi le thé ne reste pas brulant très longtemps et il faut savoir s’arrêter avant que les lèvres ne restent collées sur le verre… Un bout de styrodur pour ne pas se bruler le fondement et nous voilà bien installés pour de longues minutes à contempler ce beau spectacle. Zazoo qui était en Charentaises (bien qu’à la norme « CBA » les qualifiant « concordiaproof », ) a capitulé avant moi, le vent n’était pas avec nous. Je suis resté un peu plus longtemps, nous ne sommes pas prêt de le revoir de si tôt cela valait bien un peu de souffrances…

Erick

mardi 06 mai 2008

Le soleil Bleu

Coucou,

En ce jour de 3 mai le soleil disparaît bientôt. Avec Zalpha nous avons décidé d’aller traquer le rarissime rayon bleu. C’est à son levé que nous iront à sa rencontre, la température frôle les –70°, sur le toit du bâtiment calme et le vent est de la fête. Les conditions semble presque inhumaines et c’est avec les doigts gelés (et le reste à peine mieux…) que le spectacle s’offre à nous. Comparable à des gerbes d’étincelles le vert, le jaune, le bleu et le pourpre annonce la percée du soleil au dessus l’horizon. C’est à ce moment qu’il faut rester concentré et oublier la douleur infligée par le vent qui s’infiltre partout. Comme un tireur avec son fusil, au moment propice, on vide les poumons, et le doigt engourdi déclenche. Avec 1200mm de focale, le moindre tremblement ne fera pas de cadeau. Aujourd’hui nous avons eu de la chance, comme si pour ses derniers jours, le soleil avait décidé de nous faire ce magnifique cadeau.

A bientôt

Erick

La nuit polaire...

Coucou, le temps me manque toujours autant pour ecrire mais le soleil a disparu pour environ trois mois ce 4 mai. Par effet de réfraction, son image est encore parfois visible quelques jours. Place maintenant à la nuit polaire et aux observations de la lune, de Jupiter et des objets du ciel profond. Une nuit permanente et unique permettant plusieurs journées durant de suivre le même astre. Un paradis pour les astronomes, un bonheur pour nos compagnons d’hivernage de découvrir parfois pour la première fois, ce spectacle fabuleux juste pour le plaisir...

à très bientôt

Erick