Voici un mois que je suis parti de chez moi un vendredi 28 décembre à 7h30 du matin… déjà un mois, 17000 km, 13 jours de transports pour arriver à Dôme C…

Un mois pour passer de la région parisienne, son métro, sa pollution, ses plans sociaux (private joke…), au silence et à la pureté du grand désert blanc… Un mois d’émotions intenses presque indescriptibles. Quitter sa famille, ses amis, prendre un oiseau blanc, croiser un hivernant sortant 10 minutes à Hong Kong, l’Australie, la Tasmanie, l’Astrolabe, des gens extra (icota & CO) les 40 iemes rugissants, 50 iemes hurlants, le cercle polaire, les manchots de Dumont D' Urville, un hélico, puis Bob et son twin otter, on survole le raid au milieu de nulle part et puis deux cylindres perdus au milieu d’un grand désert de glace. Atterrissage, le froid, Karim et son bouquet de fleurs, le labo Astroconcordia, et les « gens de Concordia » tous plus géniaux et sympas les un que les autres…

Plusieurs jours après je regarde encore ces tours comme si elles étaient un rêve que j’ai souvent caressé, mais elles sont bien là. La brise et les morsures du froid sont bien présentes pour me ramener à la réalité.

Après ça... On peut se demander ce que l’on peut faire de mieux, de plus fort, de plus émouvants… je me pose la question au moins une fois par jours et de plus en plus… hier le Raid est arrivé, un convoi de tracteurs Challenger tirant vivres et fioul pour l’hiver. Visible à plus de 3h de distance, Ces bédouin de l’antarctique ont parcouru les 1200km qui nous séparent de DDU en 10 jours pour nous apporter de quoi vivre au milieu du grand blanc, avec comme particularité cette fois un équipage coréen venu étudier ce moyen unique de ravitaillement. A la tête du convoi Patrice Godon, le grand patron de la logistique de l’IPEV créateur du Raid et accessoirement pilote de challenger ou bagagiste hélico. Encore des émotions en les voyant arriver au loin depuis le toit du bâtiment calme…

Le Raid c’est aussi l’annonce de la fin de la campagne d’été, le 31 tous les estivants partent, c’est le début de l’hivernage. 13 Personnes isolées pour 9 mois, ça n’est que le début de l’aventure, que le début des émotions..

Plus de photos de manchots ni de glaciers, plus d’avions, plus de tracteurs, mais juste la vie de 13 personnes et de leur station, leur « maison » jusqu’au premier avion en novembre…