Hivernage Station Concordia DC4 2008

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 21 novembre 2008

l'hivernage c'est fini !!!

Bonjour,

Un petit message pour vous signaler la fin de l’hivernage, en effet ce samedi 8 novembre vers 14h30 le premier avion depuis 9 mois a posé ses skis sur la piste de Dôme C.

Un grand moment d’émotions souligné par quelques imprévus pour changer. En effet, après un atterrissage remarquable du DC3 de Kenn Borek sur une piste pourtant imparfaite que Seb à damé tant bien que mal toute la nuit avec la chargeuse (la dameuse étant en panne…), j’étais chargé avec Zalpha d’indiquer la direction a suivre au pilote pour rejoindre la base sur la taxi way. Pour ce faire, nous n’avons pas trouvé d’autre moyen que de trainer un ballon gonflé à l’hélium derrière un skidoo. La bonne nouvelle, c’est que le ballon n’a même pas éclaté lors de du passage au marqueur afin d’y apposer un message de bienvenue.

A l’affut de d’aéroplane au croisement de la taxy way et de la piste un appel radio chargée d’émotion nous sors de nos rêveries « The plane is in sight at 230» sous-entendues : « l’avion est en vue au 230 »

quelques instants plus tard en effet en direction du cap indiqué, une petite forme se détache du ciel bleu.

Un tour d’observation pour observer la piste (on se demande si c’est bien raisonnable, de toute façon il faut poser le bouzin…), le pilote amorce la descente et quelque instant plus tard le ski droit touche le sol glacé suivit de prêt par son homologue le ski gauche

La piste entant un peu « courte », au 2/3 le pilote semble avoir appuyé sur un frein sorti d’on ne sait ou pour arrêter sa course folle dans un nuage de glace vaporisée. Admirable quand on connaît les conditions à ce moment.

Un demi-tour plus tard, l’avion arrive sur notre position et c’est à nous maintenant de le guider, la cabine étant bien trop inclinée vers le ciel pour avoir une visibilité correcte de la route que l’avion doit prendre pour rejoindre la base.

Jusque-là, tout va bien… oui, mais non, c’était sans compter sur la blague habituelle, la panne de skidoo avec le DC3, dont les deux ventilos bien trop rapides à mon gout se rapprochant de façon légèrement sournoise.

Pour ce qui est des photos et des vidéos, pour le coup on oublie, forcement la liaison radio avec la base ne fonctionne plus, et ça n’est qu’à un moment que j’entends la voix de Claire Le Calvez passagère du DC3 qui me demande ce qui se passe.

Après une brève explication, l’idée est de sortir le skidoo de la piste ce que nous faisons (non sans mal).

A la suite de ça, le pilote peut continuer sa course en direction de la base, sans assistance, mais par chance il avait bien appris le plan ;)

Bien entendu au moment de nous dépasser, les deux ventillos nous ont gratifié au passage d’un nuage glaçant qui nous a refroidis après toutes ces émotions…

Bien entendu 5 minutes après le skidoo a redémarré et nous avons pu rejoindre nos amis fraichement débarqués.

12 de plus, ça fait drôle…

C’est donc sur cette page que se termine l’hivernage, il reste encore la campagne d’été avant de rejoindre d’autres contrées plus chaudes.

J’ai en ce moment assez peu de temps pour me consacrer à l’écriture, et la bande passante dispo pour envoyer image et vidéos est maintenant très réduite de par l’accroissement du nombre de personnes. Toutefois, il me reste encore énormément de choses a publier en texte photo et vidéo. Je continuerais donc après mon retour en France afin de ne pas garder tout ça au fond d’un disque dur en sursis…

Toutefois, quelques images de la campagne d’été vont arriver dans quelques jours.

À très bientôt

Erick

samedi 01 novembre 2008

Plan d’urgence à Concordia et une petite réflexion sur la façon de faire face aux situations difficiles.

Bonjour

Une vidéo sur un moment particulier de l’hivernage. Les bases de Davis et de Mc Murdo nous ont contactés afin de nous demander assistance. En effet un des membres hivernant de la station de Davis à eu un grave accident de Quad. Il a donc été envisagé d’utiliser un avion type DC3 pour effectuer le rapatriement. Bien entendu le DC3 ne possède pas l’autonomie pour rallier Mc Murdo à Davis. Alors, voilà, l’idée serait qu’il se pose à Concordia pour ravitailler. Sur le principe c’est faisable (bien que le DC3 soit gros pour un premier avion), mais il faut tenir compte du fait que nous sommes au mois d’octobre et que la température est de –55°C. trop froid pour faire fonctionner la dameuse, et comble de malchance, la chargeuse est en cours de remontage après un gros problème de joint qui provoquait une remonté d’huile par le pot d’échappement.

Après quelques minutes de réflexion, la décision fut prise d’accepter le challenge et de tout mettre en œuvre pour recevoir l’avion sous 24h. Le DC3 ne pouvant se poser sur la petite piste, il faut donc préparer la grande piste (1300m minimum, idéalement 1500). Une équipe est donc partie vérifier le balisage et l’état de la piste alors que je suis allé filer un coup de main à Seb pour le remontage de la chargeuse. Plan A : utiliser la chargeuse dans la nuit pour damer la piste, Plan B démarrer la dameuse avec des risques de casse mécanique.

Finalement en fin d’après-midi après plusieurs heures passées sur la piste pour certain, un message de Mc Murdo nous fait part d’un changement de programme, ça sera un Hercule C130 qui fera la liaison. L’état du blessé nécessitant un avion pressurisé et l’autonomie du C130 lui permettant de faire le trajet sans ravitaillement.

À l’issue des nombreuses heures sur (voir même « sous ») la chargeuse il s’avère que le démarreur était aussi à changer, opération que nous avons effectuée le lendemain.

Après 9 mois d’hiver, on se rend compte qu’avec un peu de recul nous ne sommes plus étonnés de ce qui peut nous arriver. En effet nous avons tout au long de l’hiver tous affronté des galères plus ou moins graves, et systématiquement c’est la bonne humeur et l’efficacité qui ont primé. À aucun moment nous n’avons pensé que le but que nous nous étions fixé ne serait pas atteint. La piste aurait été prête, même si nous avions dû la tracer à la pelle.

Après avoir vu la vidéo, je me suis posé la question si vue de l’extérieur, l’ambiance détendue qui semble régnée n’est pas paradoxale avec la gravité de l’événement. Vu de l’intérieur la seule chose que je peux dire c’est que ça doit être notre façon à nous de faire face, et surement ce qui nous permet de tenir dans la longueur sans jamais compter les heures. La semaine passée, nous avons subi une restriction d’eau potable qui a duré 3 jours (la chargeuse étant HS impossible de remplir le fondoir, conjugué à une fuite sur le réseau de distribution extérieur). Avec Zalpha (grande spécialiste de la plomberie) Patrick et Seb nous avons passé samedi et dimanche à remettre en service le réseau d’eau potable et tenter de réparer la chargeuse, les autres membres étant occupés aux tâches d’entretiens classiques de la station. Ça pourrait paraître incompréhensible en France, ici ça n’a même pas pris place dans une conversation lors des repas. Aucune discussion à ce sujet, il faut réparer et c’est tout et dans la bonne humeur svp !!! C’est ça l’Antarctique… Tout ce qui parait impossible n’est pas de ce monde là…

La vidéo c'est ici

lundi 20 octobre 2008

Le retraitement de l’eau à Concordia ou voyage dans l’infiniment petit

Hello, une petite vidéo pour vous montrer notre centrale de retraitement des eaux grises. Nom de Code GWTU pour Grey Water Traitement Unit, injustement (ou pas) surnommée « la blonde » pour sa capacité à changer d’humeur sans prévenir. (je n’ai rien contre les blondes bien entendu c’est de l’humour). En effet bien qu’extrêmement efficace en recyclant plus de 80% de nos eaux grises (vaisselle, sanitaire, lave-linge) elle nécessite un long apprentissage, un soin de chaque instant et des réglages permanents pour en tirer la quintessence. Elle est aussi la cause de tracasserie pour la gent féminine qui côtoie Concordia, car pour fonctionner correctement certains produits d’entretien corporel sont strictement interdits. Les après-shampoings, démêlants, colorants (et décolorants) et autres sont persona non grata ici. C’est pourquoi le shampoing et le savon sont fournis, et que les produits d’entretien sont spécifiquement choisis En effet certaines substances comme le chlore ou l’ammoniac sont néfastes pour les membranes de filtration. Comment cela fonctionne. Il se peut que j’utilise des abus de langages ou bien des approximations pour rendre l’explication accessible. Les scientifiques et spécialistes des technologies membranaires m’ excuseront. Au cas où je serais trop loin de la vérité, toutes compléments d’information ou rectification sont la bienvenue.

Les eaux « grises » passent à travers plusieurs étages de filtration, le premier étant une filtration « grossière » pour enlever les plus grosses particules. Puis ensuite le système fait appel à trois types de filtrations utilisant des procédés membranaires. L’ultrafiltration, la nanofiltration et l’osmose inverse qui sont utilisées dans le retraitement de l’eau à Concordia

En gros on peut considérer les membranes comme des étages dont la perméabilité est différente en fonction des milieux qu’elles rencontrent et de la taille des particules contenue dans ces milieux. Différents principes sont mis en œuvre (de façon isolée ou bien combinée). Comme la diffusion à travers la membrane. Dans ce cas l’espace qui sert à la diffusion se réduit aux interstices entre les molécules constituant la membrane, l’ordre de grandeur est le dixième de nanomètre (echelle atomique) l’autre grand principe est le passage à travers des pores (un peu comme un tamis, dont les « trous » seraient de l’ordre de 10 à 100 nanomètres)

La combinaison de l’ultrafiltration, de la nanofiltration et de l’osmose inverse permet sans adjonction de produits chimiques de purifier une eau chargée en polluants et infectée de virus ou bactéries

Concernant la taille des particules stoppée par les membranes, quelques exemples Pour rappel : 10-6 mètre >1 micromètre > 1 million de fois plus petit qu’un mètre, 10-9 mètre >1 nanomètre > 1 milliard de fois plus petit qu’un mètre, on s’approche de la taille des atomes

Pour la microfiltration 10-6 mètre (micro-organisme comme les bactéries, poussières, farines)

Pour l’ultrafiltration 10 -7 à 10-8 mètre (les virus, fumée de tabac)

Pour la nanofiltration 10-9 mètre (certaines molécules)

Osmose inverse 10-10 mètre (les ions, sels minéraux, sucres)

En fonction des étages, différentes pressions sont mise en œuvre allant de 1 à 5 bars pour la microfiltration à parfois 80 bars pour l’Osmose inverse. (Plus la membrane est « dense », plus la pression différentielle doit être importante).

En ayant une pression supérieure au circuit de « sortie » dans le circuit « d’entrée » de la membrane, l’eau chargée agit comme un « piston » qui « force » le passage dans la membrane. Ainsi donc, on se retrouve avec un circuit d’eau « filtrée » qui à passé la membrane, et un circuit d’eau de plus en plus chargé qui contient les éléments qui ne passent pas la membrane. L’eau filtrée est alors dirigée dans l’étage suivant pour y subir un processus identique (mais dont le type de membrane permet d’aller encore plus loin dans la filtration). Le résidu, trop « chargé » ne passant pas dans la membrane est rejetée et fait partie des 20% de déchets.

Il existe plusieurs technologies mises en œuvre en fonction du type de filtration et des performances recherchées Les membranes peuvent être du type organique ou minéral. Poreuse ou denses… et leurs caractéristiques principales sont le débit de filtration (le terme exact étant permeation), la sélectivité, leurs résistances (chimique, mécanique, thermique) et la durée de vie.

Le système utilisé à Concordia est un prototype appartenant à l’ESA dont la mise est œuvre et l’étude est destiné à concevoir dans le futur un système complet de retraitement des eaux grises et noires (eaux fortement chargées issues des WC ou à forte teneur en polluant) utilisable pour les longs voyages spatiaux. Dans quelques années, le module de traitement des eaux noires sera installé dans la station, pour le moment ces « déchets » sont rapatriés pour être traités de façon traditionnelle. Des analyses approfondies sont effectuées par le médecin ESA de l’hivernage de façon très régulière afin d’évaluer la qualité de l’eau. Pour en boire régulièrement (bien que ça ne soit pas le but), on peut dire qu’il ne reste parfois qu’une légère odeur, mais aucun gout particulier. On peut donc supposer que les molécules responsables de certaines odeurs sont infiniment petites. (si un chimiste peut confirmer ;) )

Pour finir, la station consomme environ 550m3 par an. Le recyclage est donc indispensable. Le fondoir d’une capacité d’environ 7m3 ne servant qu’en complément des 20% d’eau non recyclable et pour l’eau de boisson, qui elle provient uniquement de la fonte de la neige récoltée dans la zone propre et filtrée de façon conventionnelle par passage dans un filtre à 20µ. Une réserve d’eau potable (des cuves extérieures) assurent à la station plusieurs semaines de survie en cas ce panne du fondoir, de la chargeuse (qui sert à remplir le fondoir de neige) ou bien lors des fortes consommations lors de campagne d’été. Voilà pour ces quelques informations, laissons Fabrizio nous présenter son bébé qu’il maitrise parfaitement. La vidéo, c’est ici.

Erick

Les réserves d'eau.

caisson protégeant les tuyaux d'alimentation.

Le fondoir

Fabrizio devant les premiers étages de filtration

les étages d'osmose inverse

Je n'y avait pas pensé...

Conversation avec mon copain Bernard… En y réfléchissant, on est quand même bien loin de tout ici c’est vrai….

Bernard dit : t'es quand même le copain le plus paumé que j'ai en ce moment erick dit : mdr erick dit : c'est la phrase du jour Bernard dit : et de loin erick dit : ha bha , pour battre le record... erick dit : à part l'ISS je vois pas trop là Bernard dit : l'ISS elle passe à 350 km de ma maison Bernard dit : pas toi erick dit : ha oui erick dit : mdrrrrrrrr erick dit : je n'y avais même pas pensé Bernard dit : et on rentre de l'ISS en 1 heure erick dit : ha bha oué…

CQFD…

Erick

samedi 11 octobre 2008

Lecture des vidéos

Hello,

IL semble que la lecture des vidéos ne fonctionne pas toujours très bien, pour améliorer les choses, il faut cliquer sur le titre de la vidéo qui sert de lien et pas sur le bouton "lecture", ça marche bien mieux.

voilà, désolé pour les ennuis

Erick

Un travail reposant...

Hello, Dans la série, le boulot ici c’est pas comme en France, une vidéo d’un changement d’alimentation de CCD (qui a cramé deux jours avant et à donc dû être remplacée par une alim de PC modifiée La couette nous aura bien sauvé la vie tout l’hiver pour accéder aux électroniques de gestion des manipes Comme on dit ici, il faut parfois être inventif et se sortir les doigts… Inventif, pour la couette, inventif pour l’alimentation… On va finir au concours Lépine l’an prochain ;) Juste comme ça, c’était le 15éme démontage de la caméra ou de l’un de ses éléments en une semaine…

Bonne journée

Erick

La vidéo c'est ici...

vendredi 10 octobre 2008

Carnet noir à Progress Station

Hello, Malgré tout le bonheur que procure ce continent, et la beauté du lieu il arrive parfois que la réalité nous rappelle que nos vies ici sont parfois fragiles et en sursis. En effet, il est arrivé ce matin dans nos boites mails, un message pas très réjouissant, nos amis de la station côtière Russe Progress ont vécu un grave incendie dans la nuit du 5 octobre. Les causes ne sont pas déterminées. L’intégralité des bâtiments d’habitation a été détruite et sur les 29 habitants, une personne à disparue et deux personnes blessée. Les travaux de sécurisation et de nettoyage du lieu sinistré on débuté dès le 7 octobre afin de retrouve le corps de la personne manquante. Les hivernants ont trouvé refuge dans les anciens locaux qui ont servi durant la construction de la base qui date de 1991. Les vivres, le matériel médical et les vêtements ont été sauvés. Leurs vies ne sont donc pas en danger. La vie à repris dans la station afin de faire face au mieux à ce désastre. L’ensemble de l’informatique a été détruit, mais la VHF et les téléphones iridium leur permettent de garder un contact journalier avec les stations de Vostok et de Mirny. L’ensemble des hivernants de la station progresse remercie pour leur aide et leur soutien leur collègue chinois de Zhongshan station située a 1,5km de la. L’évacuation de la station se fera début décembre, et au cas leurs situations s’aggraveraient un avion serait envoyé courant novembre. Cette information nous est parvenue aux Instituts polaires l’intermédiaire de Valery Lukyn un des responsables du programme Antarctique russe. Dès que nous avons appris la nouvelle, nous avons aussitôt envoyé un message de soutien et d‘amitié à nos amis. Nous avons la chance d’avoir une station très confortable et nous pensons aux conditions de vie que connaissent maintenant les 28 hivernants et surtout à la famille de la victime.

voici une des rares photos de la station avant le sinistre. (merci à André Le Coroller pour l'image)

Hannes Grobe, Alfred Wegener Institute

À bientôt

Erick

Gros couic a jamais froid…

Ça se passe de commentaire… après comment voulez vous que l’on demande aux instituts les meilleurs bottes "grand froid" de l’univers… Enfin bon c’est gros Seb, ont y peut rien, on l’aime comme ça ;)

Bises à Amandine ;) promis il revient bientôt le Seb

la vidéo, c'est ici...

Erick

P.S. si vous désirez envoyer un don pour que l'on puisse payer une paire de pompes à gros seb... c'est ici

Enlever deux vis, c'est facile...

Hello, une petite vidéo pas très passionnante je l'avoue afin de vous montrer le bonheur que l'on au moment d'enlever deux vis (ou souvent plus) sur un équipement. la caresse du vent sur les sous gants est un plaisir, que dis-je, une jouissance extrême que seul ce lieu peut vous procurer.

Les images, c’est ici… (Mais je vous préviens c’est pas très fun comme vidéo).

Erick

mercredi 08 octobre 2008

La réfection du stock +4°

La station dispose de plusieurs stocks de nourriture, du –20 au +20 en passant par le + 4°

Tous disposés au second étage du bâtiment bruyant (sous la cuisine).

Notre stock +4 n’avait jamais été terminé depuis la construction, c’est pourquoi Fabrizio et le DOC, se sont pris de passion pour la pose de tôle inox sur l’ensemble du sol. Après une semaine de travail acharné (sous assistance médicale pour Fabrizio car le rythme d’enfer (7h30, 20h) imposé par le DOC ayant failli lui être fatal, c’est au tour de l’équipe rangement et aménagement de réorganiser le stock.

Montage d’étagère, inventaire, nouvelle organisation des vivres... Durant plusieurs jours l équipe s’est affairée afin de rendre l’endroit convivial et chaleureux (oui bon 4° quand même la chaleur).

L’ambiance et la bonne humeur des participants a rendu la chose ludique (comme à l’habitude lorsque vous collez deux astros au milieu de technicien de talent !!!).

Un grand moment de l’hiver qui montre une fois de plus que l’ambiance dans la station est au beau fixe, même après 10 mois de vie commune.

Et encore Bravo à Fabrizio et au DOC pour avoir découpé, percé, posé de la tôle durant une semaine.

Erick